c’est le chiffre qui nous sépare l’un de l’autre. 13 comme 13 ans, 13 comme 13 étés, 13 comme 13 fois le mois de juin et quelques jours d’écart, 13 fois 28 et 13 fois 21, 13 comme 13 gâteaux, 13 fois les bougies, 13 fois on a essayé de souffler comme des fous pour les éteindre d’un coup, plus ça avance et plus c’est difficile, 13 fois encore il faudra le faire et tu ressembleras à mon père, 13 fois à mon tour et je serai Adrien Pulsar, celui de 2014 qui a 36 ans et qui ne sait pas s’il doit rester avec sa petite femme et ses 2 enfants, ou bien s’il faut rejoindre le gamin qui en a 13 de moins, tout plaquer partir avec lui, l’emmener au bord de la mer comme promis, marcher pieds nus sur les coquillages et les méduses mortes, marcher pieds nus sur les traces de l’été 2013, l’été d’Armance et de Chloé, l’été de merde qui ne servait à rien et qu’on a mis entre parenthèses. Les filles, c’étaient comme des outils de torture, on les a prises pour se faire du mal même si on était loin, des outils de torture rien de plus rien de moins, on se les est plantées dans le cœur et dans le ventre et on a tourné lentement le poignet pour embobiner les viscères avec le tesson, embobiner les images qui rendent fou : des baisers des câlins des pénétrations, des salives comme des poisons. Adrien, j’ai éliminé Armance et j’abattrai ta femme à son tour, tu sais bien que c’est une question de temps. S’il me faut 13 ans je saurai me montrer patient, je placerai mes pions comme un stratège sur le damier, je ferai tomber les tours et les fous, je prendrai la place de la reine et la main du roi. D’ici là, tu peux toujours essayer de me ralentir, tu peux m’enfermer dans ta garçonnière pour gagner du temps, quelques mois quelques années de doutes et d’indécision, tu peux toujours essayer de prolonger ta double-vie et de protéger tes arrières, je n’ai pas l’intention de te lâcher pour autant. Après tout si j’étais né 13 ans plus tôt, est-ce que j’aurais pu devancer ta femme ? Est-ce que j’aurais eu mes chances ? Est-ce que je serais aux Lilas maintenant, à dormir sans me douter de rien ? 13 tours autour du soleil, 13 années de néant. Et toi tu étais là, tu étais vivant, presque à portée de main, et moi je n’étais qu’un enfant. Adrien, il est tard je n’ai pas envie de dormir, la fatigue me fait délirer. 13, ça ressemble étrangement à Thérèse, ou bien je me fais des idées ?

Antoine.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook
remonter la correspondance
poursuivre la correspondance