Salut panse à pastis,

De retour à Paris aussi et suis retourné taffer à Hibook. J’ai retrouvé mon bel atelier, mon jardin séché et mon gros cendrier en acier. Pas le temps de cogiter, j’ai repris la clope dès le lundi matin. Ça va avec le Café et le Caca d’après déjeuner, les 3C indispensables pour continuer la journée. Paul et Corinne m’ont fait un dessin sur le grand tableau noir de la cuisine pour me souhaiter un bon retour, Karim les a traités de fayots, ça m’a mis de bonne humeur.…

Salut gros sac,

Et bon anniversaire vieux débris ! Pour tout t’avouer c’est un peu moi le vieux débris en ce moment, je me suis pris une grosse cuite, je ne passerai que pour le dessert ce midi, désolé si Sophie a déjà préparé ma part. Je ne ramènerai pas de vin comme promis mais du jus de fruit ou de l’Evian, c’est bien l’Evian aussi, non ?…

Salut gringo,

En même temps tu m’as proposé un peu tard, les prix des billets s’étaient envolés avant l’avion. Et puis tu sais bien que comme toi je dois foutre les bouchées doubles pour pouvoir partir deux semaines l’esprit à un peu près tranquille. Ta pauvre Aïcha doit gérer comme une bête j’en suis certain, tu n’es pas si irremplaçable. Après tout, tu fais quoi à part des séminaires, des repas d’affaires et draguer tes collègues ?…

Salut muchacho,

Alors Cuba ? Calor ? M’en branle des affaires, t’as pécho ou pas ? Tu t’es trouvé une belle métisse, à la peau cannelle, aux tétons foncés de caramel et au cul galbé par la salsa ? Comme ton charme de papa quadra ne doit avoir aucun effet, tu as sûrement eu recours à des pesos pour y parvenir.…

Hey l’anar,

Pas de soucis pour demain, tu m’as doublé sur ce coup-là. Toujours moi qui t’appelle, te donne des rendez-vous, te laisse des sms sans réponse. Toujours moi qui t’envoie tel article, t’invite à telle manif ou t’engueule sur tel non-engagement. Cette fois je ne m’attendais pas à ce que tu viennes me chercher. Tu t’es réveillé, l’Adrien de la fac is back.…

Salut le bougre,

Ce matin, je regardais les deux points de mon réveil clignoter. Ils séparaient les heures et les minutes avec un bruit sourd que je ne leur connaissais pas. Un des vieux tuyaux qui traversent ma chambre a sauté, il s’est accroché aux rideaux, les transformant en désespérantes cascades. J’étais parti tellement loin me balader avec Morphée que je n’ai rien entendu. …

Salut mon salaud,

Je n’ai pas compris où tu es, si tu es parti en vacances avec Sophie et les gnomes, si tu es resté aux Lilas ou si tu es encore allé te fourrer dans je ne sais quelle capitale, mais bref, moi je suis bloqué à Paris, la ville qui crève à chaque mois d’août.

Je suis le seul con à ne pas avoir compris qu’il fallait se barrer, quitte à faire couler la boîte, car tout coule et rien n’est cool ici.

Salut tête de chien,

Parce que t’es vraiment qu’une tête de chien. Où sont passés ton idéalisme, ta fougue, ta soif de justice ? Où est passé cet Adrien qui prenait d’assaut les salles de classe pour monter des QG d’association, qui créait des pancartes avec des cartons de magasins de surgelés, qui encourageait les autres à fouler le pavé et qui crachait sur les pompes cirés des étudiants de Dauphine ?…

Salut sacoche,

Dis-moi, il n’est pas vraiment comme son papa le petit fiston, pas très sportif. Pas étonnant qu’il se fasse emmerder à l’école. C’était étrange jeudi soir, je ne m’attendais pas à ce que tu ramènes Viviane et Tristan à la piscine. Quand je suis rentré, Asia était à l’appart, elle m’a demandé si on avait fait nos malins en maillot de bain.…

Salut ma poule,

Désolé, je n’ai plus répondu à tes textos, j’ai vu Asia. Oui, elle a craqué. J’ai bien fait de ne pas t’écouter et de l’appeler. Non, elle ne m’a pas posé de lapin. Non, elle ne s’est pas remise avec quelqu’un. Non, elle est toujours aussi jolie. Tu peux donc arrêter de te moquer de moi et juste accepter que mon corps de nageur et mon humour irrésistible ont encore de l’effet sur elle.…

Salut le gros,

Entretien fini, tu avais raison, elle était mieux sur le papier : charmante mais tellement gourdasse. La prochaine candidate est ta préférée, je lui ai donné rendez-vous jeudi, tu penses que tu aurais une disponibilité pour venir faire passer l’entretien avec moi ? On se taperait une bonne barre.

Te revoir ce week-end m’a fait plaisir, enfin c’est plutôt de retrouver notre bar qui m’a bien fait kiffer.…

Salut bichon,

Un peu dégoûté que tu ne sois pas venu fêter le Nouvel An avec nous, il ne manquait que toi. Je comprends… le Noël à New York, la famille te manque, tu manques à ta famille, tu préférais être sagement assis à table et louper le réveillon de ta vie, je t’assure que je comprends, mais maintenant, le devoir de gendre : check, le devoir de père : check, le devoir de mari : check, il ne manque plus que le devoir de pote.