Ma chère Asia,

La mort de David Bowie m’a cueilli un lundi matin alors que je revenais de Los Angeles, après une nuit de black-out Internet, avion oblige, quand, en attendant mon bagage je rallumais fébrilement mon téléphone pour vérifier les nouvelles — soulagé de ne voir aucune mauvaise nouvelle, entendre attentats, actes terroristes et tout ce contre quoi nous tendons le dos ces temps-ci — comme sortie de nulle part l’annonce de la mort de David Bowie est tombée, irréelle en ces temps d’attentats à répétition, aussi triste qu’elle soit, une mort naturelle en somme.

Comme tu y vas Jean-Baptiste ! Une bonne idée pour qui ? Pour toi peut-être ; pour moi certainement pas et tu le sais très bien et ça ne t’empêche pas de continuer à écrire : comme d’habitude, tu agis selon ton bon plaisir. La certitude qui est la tienne d’obtenir toujours ce que tu veux au moment où tu le veux a ses limites, en ce qui me concerne elle ne sera plus jamais fondée.…

Ma chère Asia,

Je suis bien content de recevoir de tes nouvelles…

Je ne savais pas que tu avais un tel niveau en guitare, je veux dire au point de faire du manouche. À l’occasion tu pourrais me donner des cours de guitare… je n’ai plus touché la mienne depuis mes années ado et à l’époque c’était plutôt des accompagnements folk et quelques arpèges (avec difficulté) genre The sounds of silence, tu vois, rien de très élaboré.…

Bonsoir Jean-Baptiste

ou bonjour j’en sais rien il est quelle heure chez toi ? J’ai relu ton mail de saupoudrage de neige et ça m’a donné envie de répondre, ici ça saupoudre aussi mais de la poudre de soleil, c’est l’été qui pointe enfin son nez et qui est toujours de bon augure tu me connais, mon bonheur est fonction du temps…

Je me passe de salamalecs je sais que tu vas bien, parfaitement bien même comme toujours, et puisque tu me demandes aussi comment je vais avec ton espèce de regard qui montre que ça t’intéresse vraiment, moi aussi je vais bien tu sais bien tout va toujours pour le mieux.…

Ma chère Asia,

L’hiver tire à sa fin même si on a eu et on aura encore droit à quelques chutes de neige, des saupoudrages seulement, de fin de saison comme dit la météo non sans humour (involontaire sans aucun doute, je te parlerai une autre fois du manque d’humour patent des Américains) et je vais pouvoir aller promener mon Leica (mes Leica) pour prendre des photos plus joyeuses que ces ciels gris et tristes, ces branches noires et nues.…

Ma chère Asia,

C’était bien toi, comme je suis content ! C’est bien toi enfin, tu ne peux pas savoir combien de mails j’ai envoyés avant d’avoir cette réponse ! Combien de fois mon mail précédent, que tu as donc enfin reçu, est parti dans le vide ou le néant de l’Internet. Y a-t-il un cimetière pour ces mails ou tournent-ils en boucle à l’infini en attendant que quelqu’un les prenne en pitié et les accueille ?…

Bonjour Jean-Baptiste,

On peut dire que pour une surprise, c’en est une. Alors comme ça, tu as passé ces vingt derniers mois à m’épier sur Internet, et jusque dans ma ville ! Fidèle à ton personnage… Ne prends pas cette réponse pour une victoire, je ne sais pas du tout si j’ai envie de reprendre contact avec toi. Je t’écris par politesse d’une part, et d’autre part pour te rassurer : j’existe toujours, je vis toujours à Paris, je vais bien.…

Ma petite Asia,

Enfin je retrouve ta trace en ce mois de février 2015. 2015 ! Ça fait un an et demi depuis la dernière fois qu’on s’est vus, à JFK le jour de ton départ des States.

Évidemment ton numéro de téléphone n’était plus actif et comme tu ne m’as jamais envoyé ton numéro français… Tu devais le faire mais j’imagine que dans la fébrilité du retour c’est passé aux oubliettes.…