Tu n’es pas une belle personne Adrien, tu es un monstre à deux visages et tu m’as trahi, depuis le premier jour depuis nos premiers baisers, tu m’as trempé dans un rêve ou une sorte d’illusion, et je me suis laissé duper, j’ai cédé face aux pouvoirs de ton sourire et de tes yeux métalliques, j’ai frotté mes joues contre ta barbe et je me suis brûlé en dévorant tes baisers. Je t’ai laissé disposer de mon corps et de mes sentiments, je t’ai donné l’accès de mon cœur. Malgré mes doutes et ma paranoïa je n’imaginais pas l’étendue de ce piège, car au final, rien de ce que nous avons vécu ensemble n’était vrai, ni le vin ni l’amour ni les fleurs, ni les mots doux ni les déclarations, ni les échanges tempérés ni les nuits enflammées, ce n’était pas vraiment toi car tu as joué une comédie pour me tromper, pour me voir souffrir et me briser. Je ne suis pas malheureux je n’arrive pas encore à y croire, j’ai l’impression d’être sonné et je m’attends toujours à me réveiller en nage, tout cela ne serait alors qu’un cauchemar élaboré dans mon cerveau. Quel idiot je suis ! Jamais je n’aurais pu concevoir un tour de cette ampleur. Tu n’es pas l’homme que tu prétends être et cet appartement n’est pas le tien, ce n’est qu’une garçonnière comme une toile d’araignée, et je ne suis qu’un moucheron de plus ajouté à ta collection, un garçon pour combler ton ennui et ta frustration. Je suppose que tu devines comment j’ai découvert ton secret, la personne que j’ai rencontrée ce soir en allant frapper à ta porte et qui m’a tout raconté. L’architecture de ta double vie n’était pas assez solide, elle ne pouvait pas tenir plus longtemps. Tu as même de la chance que je n’aie rien compris auparavant. Je ne voulais pas vraiment croire que tu étais si mauvais, je voulais me faire peur mais sans aller jusque-là. Évidemment, tu ne me reverras jamais. A ton retour, je ne serai plus là pour écouter tes explications, je ne ferai pas comme lui, je ne deviendrai jamais ton ami.

Une pensée pour ta femme et pour tes enfants.

Ton petit voisin d’en-dessous.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook
remonter la correspondance
poursuivre la correspondance

4 réflexions sur « Je ne t’écrirai plus. »

  1. Il fallait bien que ça arrive

    J’avais espéré que ce soit de la bouche d’Adrien que Antoine l’apprenne. Un peu (trop ?) de lâcheté ?

  2. Pas un modèle de courage, ou juste un modèle de secret ? A-t-il jamais eu l’intention d’en parler à Antoine, a-t-il jamais culpabilisé de ne pas l’avoir fait ? S’il n’y avait Marc pour jouer les Jiminy cricket, je me demande s’il aurait pressenti le problème dans sa manière d’agir – en tout cas, maintenant, il ne peut plus l’ignorer !

  3. Eh bah voilà… c’est arrivé. J’avais lu les petits résumés des personnages donc je savais ce qui allait se passer, donc j’attendais ce moment.
    J’aurais bien aimé avoir le point de vue d’Adrien qui passe pour le méchant de l’histoire, mais je suis sûre que c’est plus compliqué que ça.

Les commentaires sont fermés.