L’automne emmène Sophie sur la constellation (La rentrée des enfants). Au gré des absences d’Adrien, elle commence à lui écrire des mails, lui donne des nouvelles de leurs enfants Tristan et Vivianne (Enfin les vacances), et ose à peine, elle, se raconter (L’entorse de Viviane).

Elle ne sait pas, sans doute, que lors de ces absences, Adrien n’est pas toujours au bout du monde, mais simplement à Paris, rue de la Corderie, dans la petite garçonnière au-dessus de l’appartement d’Antoine qu’il a reconquis. Tous deux filent un amour calme et intense depuis septembre. Antoine s’en trouve tout apaisé, même si la relation qu’il noue avec son ancienne locataire Asia lui donne l’occasion de quelques secousses. Sont-ils faits pour s’entendre, le jeune amant et l’ex stagiaire choyée d’Adrien ? Il comprend mal qu’elle s’effeuille dans des cabarets (Invitation), elle digère avec peine qu’il ait révélé l’un de ses secrets à Adrien (Tu fais chier, Antoine). Bon an mal an, une sorte de complicité s’instaure pourtant entre les disputes et réconciliations, les confidences et les indiscrétions (Déjeuner demain, 11h30…).

La jeune femme quant à elle a démarré son travail chez Hibook, la start-up d’édition numérique dirigée par Alexandre Hayashi, un ami de jeunesse d’Adrien. L’expérience se révèle plus sentimentale que professionnelle : le travail ennuie Asia, mais le patron lui plaît (Dinner in America) ! Tous deux se mettent en couple : c’est ce secret qu’Asia confie bien imprudemment à Antoine, et que celui-ci rapporte naïvement à Adrien (Jouer le jeu). Adrien prend très mal la nouvelle : il coupe les ponts avec Asia et multiplie les tentatives de convaincre Alexandre de rompre. Le jeune couple semble pourtant fait pour durer, bien plus que la courte carrière d’Asia chez Hibook, à laquelle elle décide elle-même de mettre un terme en moins de trois mois (Enterrer la hache).

Ainsi les couples perdurent, se nouent, se renouent… et parfois se dénouent. A peine Thérèse revenue de Bordeaux, Étienne rompt avec elle. Il prétexte d’abord qu’elle n’a pas voulu lire son roman (Point final), et finalement lui dit qu’il ne l’aime plus et redoute de retrouver une vie de couple (Drôle d’oiseau). Thérèse croyait avoir trouvé celui qui la ramènerait vers une vie moins fantasmée, elle réalise qu’elle n’a fait que croiser cet homme à la poursuite d’un idéal de vie fait de mots et de liberté sans concession (Vraies). Elle poursuit donc seule sa quête d’une vie concrète (Grenouille), tisse des liens plus étroits avec sa collègue du Monoprix, Salima (Trompe-l’oeil), et reprend ses balades guidées par Adrien. Cette fois-ci, elle comprend avec certitude qu’à travers ces itinéraires, Adrien lui fait passer un message : l’ami d’enfance qu’elle cherche, ce n’est pas lui ni son frère Marc, mais Gabriel, le troisième frère, jumeau de Marc (Sommet). Elle ne sait pas qu’Étienne traverse aussi de drôles de changements : l’acceptation d’une activité professionnelle, comme chroniqueur (Boomerang), et celle, plus troublante, d’un certain désir pour Antoine (La vie d’Antoine).

L’automne se termine en un choc pour Adrien : il est rattrapé par le « dossier Budapest », une affaire surgie de ses quinze ans (Rep: Liquidation du dossier Budapest). Il appelle l’aide de Nathan, son complice d’alors, dérangé et dérangeant, et réalise que celui-ci a peut-être bien croisé, curieusement… Thérèse ! (Nathan)

saison précédentesaison suivante

Tweet about this on TwitterShare on Facebook