C’est la saison des amoureux : Alexandre roucoule comme un bienheureux auprès d’Asia (Rep : Barbecue). Il faut dire qu’il se donne du mal, organisant une escapade en tête-à-tête (Fuyons, Question urgente…) et consentant même pour la première fois à recruter un (plutôt qu’une) stagiaire (Nouvelle recrue…) ! Asia pourtant, sans rien lui en dire, doute et peine en réalité à s’abandonner à cet amour (Cher Antoine, ton burger m’a un peu déçue…).

Antoine aussi fait une fugue printanière, pour rejoindre Étienne à Bordeaux, le temps d’un week-end qui marque l’éclosion de leur désir l’un pour l’autre (Rouler, J’arrive). Passé le week-end, reste la culpabilité envers Adrien, une certaine tension, un goût amer et ce drôle d’acte manqué : Antoine est reparti en oubliant sa montre dans la voiture-maison d’Étienne (Kamikaze, Les heures).

Pendant que ses amis et amants ne s’occupent pas de lui, Adrien joue le mari, père, frère exemplaire autour des premiers barbecues de l’année (Barbecue et coussinets). Il commence à cette occasion à correspondre avec sa belle-soeur Mathilda, la femme de Gabriel (Ascension, Bonne adresse). Celle-ci partage avec lui son regard sur leur famille, mais aussi les doutes et questionnements qui émaillent sa recherche d’un travail, après de longues années au foyer (Ah cette soppressata).

Ce temps passé auprès de sa famille attise la jalousie d’Antoine (J’ai eu vent), qui semble ne plus croire à leur relation où les absences et querelles en giboulées ne laissent plus la place que rarement aux éclaircies (Tu as raison). La saison n’est d’ailleurs pas facile pour le jeune homme, qui subit la perte du manuscrit de son roman dans un cambriolage (Ils sont entrés dans la garçonnièreTout recommencer) et l’invasion de son appartement par la copine de son frère, Marine, qu’il déteste (Mauvaise nouvelle).

Une Marine pouvant en cacher une autre, la constellation se teinte aussi d’une amertume politique : Étienne fait des parallèles (Tous bâtards, Assiégés) et Alexandre s’exaspère de la mollesse d’Adrien, qu’il a connu plus révolté et plus à gauche (Casse-(b)urnes).

Enfin, Adrien finit de démêler avec Thérèse l’écheveau compliqué de leurs secrets d’enfances. Durant son adolescence, Thérèse a connu le frère aîné d’Adrien, Gabriel. Elle a éprouvé pour lui ses premiers élans amoureux. Gabriel avait d’autres idées en tête : pour assouvir une vengeance mêlée de désir, mais aussi pour donner une leçon à Thérèse, il couche sous ses yeux avec la mère de celle-ci, qu’il humilie quelques jours plus tard (Dénouement, Accessoire). La mère et la fille en sortent brisées (Les Pulsar et les Utterson). De tout cela, Adrien a été témoin, mais Thérèse ne le réalise qu’à présent, vingt ans plus tard. Entre temps, pensant chercher Gabriel, c’est la trace d’Adrien qu’elle a retrouvée, via Nathan, duquel elle n’a pas appris grand chose : il semble qu’elle ne sache que des bribes du « dossier Budapest ». Secrets dépliés, déliés, après s’être fréquentés l’un dans l’ombre de l’autre dans leur enfance, puis par mail uniquement depuis plus d’un an, Adrien et Thérèse se rencontrent enfin en chair et en os (Adrien, Thérèse).

Sans qu’Adrien ne le sache, un autre de ses secrets revient à la surface : dans la garçonnière d’Adrien, Antoine découvre la mystérieuse bague qui l’angoisse tant, et dont il s’était brièvement ouvert à Étienne puis à Alexandre (Trésors).

saison précédente – saison suivante

Tweet about this on TwitterShare on Facebook