Ave homo parentus,

Comme promis, je t’écris pour te rassurer : la rentrée des enfants s’est bien passée. Viviane se retrouve en classe avec sa meilleure copine. Il faut la voir le matin,  toute contente de partir la rejoindre… finies les angoisses de cet été, elle est redevenue la petite – ou déjà la jeune – fille pleine d’entrain que nous connaissions. Quant à Tristan, à part la petite crise de jalousie de voir sa sœur aller chez les « grands » (sous-entendu « les collégiens »), tout se passe pour le mieux, il est déjà amoureux de sa maîtresse et de la petite copine qui partage son banc en classe ! Faut dire qu’elle est mignonne à souhait et son petit air rêveur en charmera plus d’un… là je parle de sa copine. La maîtresse a l’air bienveillante, je pense que ça se passera bien. Il a déjà repris ses leçons de piano, de bonne grâce. Tu n’imagines pas à quel point cela me fait plaisir de le voir aussi motivé. Sinon que te dire ? L’automne s’installe ici, la lumière est fatiguée, le froid est entêtant, les oiseaux quittent les jardins. La lenteur du soleil est contagieuse, j’ai parfois du mal à suivre… mais bon, mes deux petits « moteurs » sont là pour me rappeler à l’ordre.

Voilà pour nous, de ton côté prends bien soin de toi et reviens nous vite (comme un petit air de Mishima qui écrit à Kawabata, tu ne trouves pas ?). Toute la maisonnée t’embrasse.

Sophie

Tweet about this on TwitterShare on Facebook
poursuivre la correspondance