Alors Monsieur Pulsar, qu’est-ce qui vous est arrivé ce matin ? Je joins mon dernier rapport en PJ, puisque pour je ne sais quelle raison vous m’avez abandonnée sur skype. Ce n’était pas très gentil pour mon dernier vendredi, mais je vous pardonne.

J’espère que vous allez mieux mais je ne me fais pas d’illusions. Que vous n’ayez pas répondu à mon mail, passe encore, j’ai compris le message. Mais que pour la première fois vous me posiez un lapin, et sans prévenir en plus, là ça m’inquiète. Donnez-moi des nouvelles au moins, pour me rassurer.

Peut-être ne devrais-je pas m’inquiéter ainsi. Notre rendez-vous manqué ce matin était sans doute une simple erreur, un problème informatique, une urgence professionnelle qui vous aura tenu loin de votre ordinateur – mais je fais quoi avec le rapport ? J’étais censée finir avant de partir ce week-end. J’ai envoyé un mail à l’administration de Paris mais je préférerais suivre votre décision, surtout vue la vitesse à laquelle ils répondent. Puisque je n’ai pas votre retour dois-je repousser la fin du stage pour avoir le temps de le retoucher ?

D’autre part j’ai quelque chose à vous demander – bien que ça me chagrine. J’ai deux semaines pour écrire une mini review de tous ces mois à travailler avec vous, et j’espérais que vous accepteriez de m’aider. Je ne suis notamment pas sûre du degré de confidentialité de certaines infos. Je sens que ça va être difficile à écrire, j’ai l’impression d’avoir mille choses à dire et en même temps rien du tout. Et puis si j’enlève tout ce qui ne doit pas sortir de nos skypes il ne restera que la garniture. De l’ennui à la pelle. C’est dommage. Dernière fois que vous me lisez, y croyez-vous ? C’a été un drôle de stage, une sorte de relation à distance où chacun d’entre nous jouait un rôle, vous le patron strict-mais-cool, moi la jeune intello mangeuse de chiffres. Nous savons tous les deux qu’il y avait plus de bluff que de réalité, mais tant pis, c’était intéressant aussi de faire l’actrice.

Enfin, je m’égare. Tenez-moi au courant rapidement pour le rapport, j’avais des plans pour ce week-end mais je peux les repousser. Et surtout portez-vous bien.

Bien cordialement,

Asia Santana

Tweet about this on TwitterShare on Facebook
remonter la correspondance
poursuivre la correspondance

2 réflexions sur « Où êtes-vous passé ? »

Les commentaires sont fermés.