Adrien,

Comment ça tu crains pour ma ponctualité ?! Ce n’est pas parce que je suis arrivée quelques centaines de fois avec une ou deux heures de retard à un rendez-vous que je ne vais pas me montrer à la hauteur pour le remplacement d’Aïcha. Il en va de ta réputation tout de même !

Ce matin, j’étais là à 9 h 30’47 (mais les 47 secondes, tout le monde s’en fout). Je pensais que tu viendrais m’accueillir. Ce n’est pas très galant d’être parti en déplacement pour mon premier jour. C’est ce Monsieur Grimbert qui m’a accompagnée jusqu’à mon bureau. Lorsque nous avons traversé l’open space pour nous y rendre, il m’a présentée aux collaborateurs qui y travaillent. Ils me regardaient bizarrement, les femmes surtout d’ailleurs… je me suis sentie ridicule dans mon tailleur Chanel, alors que certaines n’étaient même pas en jupe et que les hommes en costume n’avaient pour la plupart pas de cravate. Je pensais que tu te distinguais avec tes costumes toujours froissés et ta barbe de trois jours. Du coup, il va falloir que je réfléchisse à ma tenue pour demain, j’avais pourtant autre chose à faire.

Je n’ai pas bien saisi la fonction qu’occupe ce Monsieur Grimbert, mais avec ses moustaches, sa grande mèche sur le front et sa méchante cicatrice au coin de l’œil, je l’imaginais dans un casting pour thrillers. En plus, il parle à toute allure. Je n’avais pas le temps de suivre tout ce qu’il disait. J’ai simplement retenu qu’il fallait terminer l’envoi de la notice of value pour demain. Je l’ai cherchée partout cette nov. Pourtant, le bureau d’Aïcha est parfaitement rangé, tout est classé à sa place et elle a fait en sorte que je m’y retrouve facilement. Mais la nov, impossible de mettre la main dessus. Du coup, j’ai cherché dans ton bureau. J’ai ouvert tous les tiroirs. Le premier était rempli de morceaux de sucre (tu en fais collection ou quoi ?), le deuxième était quasiment vide (que c’est angoissant un tiroir vide…). Bingo dans le 3e ! Donc, quand tu rentreras, ne la cherche pas. J’en ai terminé l’envoi et l’ai remise à Monsieur Grimbert.

En tous cas, merci pour le bouquet de fleurs et ton petit mot de bienvenue posé sur mon bureau que j’ai découverts en arrivant. Tes délicates attentions compensent les courants d’air que tu laisses parfois derrière toi.

Je t’embrasse.

Mathilda

Tweet about this on TwitterShare on Facebook
remonter la correspondance
poursuivre la correspondance