Salut tonton,

1er novembre, tu dis ? Je ne croyais pas que ça faisait si longtemps ! Pourquoi tu ne m’en as pas parlé quand on s’est vus pendant les vacances ? Je ne suis pas resté très longtemps après le repas, mais tu aurais dû m’en toucher deux mots ! Donc non, il n’y a pas de problème et je suis à peu près sûr que rien ne m’a dérangé dans le contenu de ton dernier mail. En même temps, je ne m’en souviens plus si ça date de début novembre !

Je bosse toujours chez Naturalia pendant le week-end et j’y ai bossé pendant les vacances. Ça se passe plutôt bien, je suis de moins en moins maladroit et je m’entends de mieux en mieux avec mes collègues que j’apprends à connaître. J’ai même passé le réveillon du Nouvel An avec certains d’entre eux. Une trop bonne soirée !
Côté lycée, c’est bof. J’ai commencé les cours particuliers début décembre, donc pour l’instant, avec les vacances, on n’en a pas trop vu les effets mais les parents m’attendent au tournant, alors il va falloir que j’assure.

Pour le reste, rien de nouveau « côté cœur », comme tu dis. C’est le calme plat. Faut pas que j’y pense, ça me démoralise. Surtout que Victor a une copine depuis un mois. D’ailleurs, j’ai fait un peu « mon papa » quand il m’a dit qu’il allait peut-être passer aux choses sérieuses avec Laurie. Depuis novembre, je lui rappelais régulièrement qu’il devait refaire l’autotest HIV qu’il avait déjà fait en septembre mais, je crois que je t’en avais parlé, à l’époque, c’était trop proche de son petit coup de rein avec l’allemande du camping. Donc la semaine dernière, j’ai vraiment insisté pour qu’il se re-teste avant que lui et Laurie passent à l’acte. Il a accepté à condition que je sois avec lui, comme la première fois. Je n’allais pas dire non, alors comme ses parents n’étaient pas chez lui samedi en fin d’après-midi, j’ai dû annuler mon cours particulier pour passer la fon de journée avec lui et réaliser ce foutu test. Inutile de te dire que lui comme moi étions aussi stressés que la première fois. Toute la journée de samedi, je n’arrêtais pas d’imaginer le pire et ses conséquences. Je ne t’explique pas mon humeur et mon efficacité au magasin ! Certains collègues m’ont même dit, après coup, qu’ils croyaient que je leur faisais la gueule ! Enfin, beaucoup de flippe pour rien car finalement le résultat s’est avéré négatif ! Du coup, on a arrosé ça comme il fallait !

Allez, je ne désespère pas de trouver l’âme sœur en 2016 et promis, je n’attendrai pas 2 mois pour t’en parler !

À bientôt

Bisous

Baptiste.

PS : J’y pense, tu évites de dire à maman que j’ai passé la Saint-Sylvestre avec des collègues, elle croit que je l’ai passée avec Victor et des potes du lycée.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook
remonter la correspondance
poursuivre la correspondance