Cher Monsieur Pulsar,

Pardonnez cette réponse tardive, j’ai eu des problèmes avec mon ordinateur pendant mon voyage en Nouvelle Orléans. Figurez-vous qu’il a attrapé un virus, et tout accès à internet était donc bloqué ! J’ai enfin réussi à le faire réparer et découvre seulement maintenant votre mail.

Cette semaine-et-quelques-jours en Nouvelle Orléans a été formidable bien que peu reposante. La musique est omniprésente et on ne peut que se laisser happer par ce tourbillon dont on ressort lessivé, les muscles douloureux, les vêtements déchirés. C’est la ville des artistes et des fous. J’ai croisé les faciès les plus extraordinaires, et ces lèvres qui propulsent tout l’univers dans la trompette ou le saxo ! Je dois d’ailleurs avouer que ce fut un voyage nocturne ; il fait si chaud pendant la journée que j’ai souvent profité du jour pour dormir, et de la nuit pour butiner la ville.

Alors voilà.

Fini, c’est fini, ça va finir, ça va peut-être finir, et moi j’ai mon avion lundi soir pour Paris. Finie l’Amérique. Une page tournée de plus. Ca commence à filer.

Je suis ravie que vous soyez d’accord pour organiser notre rencontre à Paris. Je commençais à être très insatisfaite de cette relation de mail à mail, et puis vous m’intriguez : c’est quoi ce « projet » dont vous voulez me parler ? Pouvez-vous au moins m’en tracer les grandes lignes ? Quant à l’année prochaine, rien de nouveau depuis notre dernière correspondance : je suis toujours à la recherche d’un boulot en alternance. J’ai une piste au journal L’Express et une autre chez American Apparel, mais pour l’instant rien de sérieux. On dirait que les employeurs se plaisent à jouer avec mes nerfs en évitant toute réponse concrète. Bref.

Quelles sont vos disponibilités autour de la fin du mois ? Je ne serai pas à Paris directement en arrivant, je pars tout de suite en Bretagne. En revanche je dois absolument être dans la capitale le premier juillet, je peux donc m’arranger pour venir un peu avant, ou rester un peu après. Cela vous conviendrait-il ? Vous n’avez pas précisé quelles semaines de juillet exactement vous prendrez vos vacances. De toutes façons, j’imagine que si on se rate, je reviendrai souvent à Paris pendant l’été et il nous sera facile d’organiser un autre rendez-vous.

En tout cas, ça me soulage de vous voir assez raisonnable pour prendre ces deux semaines. Vous en avez bien besoin. Quelle destination alors ? Vous partez au soleil ?

J’ai hâte de vous rencontrer enfin !

A bientôt,

Bien cordialement,

Asia Santana

Tweet about this on TwitterShare on Facebook
remonter la correspondance
poursuivre la correspondance